Mi-séance CAC : achats « Hollande » contre ventes « Grèce »

Après une ouverture en fort repli, sur le coup notamment de la situation politique très délicate en Grèce après les élections de ce week-end, le CAC est en train de redresser la tête, puisqu’il ne cède plus actuellement que 0.1% à 3158 pts, après avoir comblé son gap baissier d’ouverture vers midi.

Une remontée qui peut être mise sur le compte de rachats sur la nouvelle de l’élection de François Hollande, largement anticipée par les marchés. De même, il est possible que les difficultés en Grèce, qui étaient plus ou moins attendues, provoquent quelques rachats de positions vendeuses.

Mais attention, nous ne sommes pour l’instant que dans un rebond purement technique, consécutif à la chute marquée de vendredi et à une exagération baissière en préouverture et ouverture. Tant que les 3170/3190 continueront de coiffer le marché, la configuration graphique restera baissière.

Il y a pour autant quelques signaux dors et déjà haussier, avec notamment l’appui ce matin sur la zone des 3105/3120, correspondant globalement à nos supports marron. Si cet appui était confirmé ce soir, avec en prime une invalidation du gap de ce matin et idéalement un retour au dessus des 3170/3190 en clôture, nous aurions un intéressant signal de retournement haussier. Nous en reparlerons éventuellement ce soir en clôture.

En attendant, il s’agit de rester méfiant, d’autant que le CAC est en avance dans son rebond intraday par rapport au DAX et aux indices américains (ce qui accréditerait la thèse d’achats « Hollande »).

Côté valeurs du CAC, les bancaires, malmenées ce matin, se reprennent : BNP gagne 2% et Société Générale 1.7%. Lafarge est également bien orientée, avec un gain de 1.6%. A la baisse, on retrouve toutefois en exception le Crédit Agricole, plus exposée à la Grèce via sa filiale Emporiki : le titre cède 3.7%. Alstom est également à la peine avec un recul de 1.8%, tandis qu’Axa cède 1.4%.

Côté devises et matières premières, l’évènement du jour est la cassure ce matin des 1.297/1.30$ par l’euro. Il est toutefois de retour au dessus de cette zone de support, en repli de 0.35% à 1.304$. Il ne pourrait donc ne s’agir que d’une réaction épidermique. A confirmer dans les prochaines heures. Côté baril de brut en tout cas, le repli se poursuit après le faux signal haussier de la semaine dernière : le baril cède en effet 0.8% supplémentaires, et confirme son net retour sous les 100$ à 97.7$. Quant à l’once d’or, en se traitant à 1640$ en légère hausse de 0.25%, elle permet de relativiser l’effet soit disant dévastateur du problème Grec…

S'abonner aux publications du site

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.