Pétrole MT : figure graphique en poupées russes…

Je vous ai proposé hier une analyse court terme de l’évolution du baril de brut, pouvant avoir des implications à moyen terme. J’aimerais comme promis revenir sur une figure en poupées russes que l’on retrouve sur ces derniers mois mais également sur ces dernières années, avec une étonnante similarité en terme d’amplitude et de timing. Une sorte d’homothétie pour ceux qui ont quelques souvenirs de géométrie :-), qui pourrait avoir des implications à moyen terme intéressantes.

Voyons cela sur le graphique ci-dessous :

Petrole-160713MT

L’homothétie se passe entre le canal violet et le canal rouge. Si on commence par analyser l’évolution au sein du canal violet, matérialisée par les traits bleu turquoise, nous avons une entrée par le bas de ce canal avant un bref test du haut. S’en suit une rechute sur la base du canal violet, puis un retour sur son sommet, avant une nouvelle rechute qui s’arrête entre les 2/3 et 3/4 du canal. Viendra alors un nouveau test du haut du canal, avant une nouvelle phase d’oscillations plus petites (peut être pourrions nous d’ailleurs retrouver une nouvelle similitude dans les cycles à échelle encore plus petite ?), et enfin l’éjection par le haut.

Une configuration que l’on retrouve presque à la perfection si on considère désormais le canal rouge et mes traits fuschia. Reste juste maintenant à surveiller la sortie. Si vous vous référez à ma dernière analyse court terme du baril, vous noterez que nous avons eu droit à une fausse sortie haussière de l’oblique violette, avant le réel redémarrage. Est-ce que ce sera la même chose avec la toute récente sortie haussière du canal rouge ?

A suivre. Quoiqu’il en soit, une certaine prudence s’impose, car ce type de configuration en poupées russes est plus anecdotique d’autre chose, et nous manquons aussi de recul d’un point de vue statistique. Par ailleurs, si on peut considérer, comme le pense Mandelbrot, que l’évolution des marchés est fractale, ce type de raisonnement a quoiqu’il en soit ses propres limites et n’est pas reproductible à l’infini, sans parler du fondamental qui ne doit jamais être totalement mis de côté. Sans cela, les tendances haussières ou baissières se poursuivraient à l’infini. Hors il y a des retournements… J’essaierai en tout cas de suivre avec vous sous cet angle (mais pas uniquement) l’évolution du baril dans les semaines et mois à venir.

S'abonner aux publications du site