Clôture CAC : 4967 (-1.69%) – Plouf ! A moins que… ?

Malgré une ouverture en assez nette hausse ce lundi, le CAC avait fini par retomber, clôturant au plus bas du jour, sous le support baissier orange et légèrement sous les 5060. Une clôture inquiétant, confirmée ce matin par l’ouverture d’un gros gap baissier sous la zone de support des 5040/5060, avec un marché parisien qui a sombré sous les plus bas de ces 18 derniers mois, pour une clôture au plus bas depuis début mars 2017 !

Reste maintenant à savoir si cette cassure marque le début d’une vraie accélération baissière et l’entrée dans un bear market, ou s’il ne s’agit que d’un épisode de purge baissière, dans un marché affaibli ces derniers mois et des investisseurs particulièrement nerveux, comme en témoignent les réactions aux moindres mauvaises nouvelles, avec des décrochages impressionnants sur bon nombre de publications.

Difficile de répondre pour l’instant à cette question, d’autant que 3 scénarios s’offrent ce soir à nous :

1 –  L’entrée dans un marché baissier de plusieurs mois, susceptible de ramener le CAC sur des niveaux de quelques années en arrière

2 – Un épisode de baisse rapide, sous forme de purge, avec un repli jusque vers 4860 ou 4600, suivi d’une rapide remontée

3 – Une fausse sortie baissière, suivie d’une rapide reprise haussière dès cette semaine

Le premier scénario est à ce jour assez peu probable, compte tenu de niveaux de valorisation déjà peu importants sur toute une partie de la cote, et de flux sortants des marchés européens déjà conséquents depuis le début de l’année. Beaucoup d’investisseurs sont sortis, il y a beaucoup de liquidités dans les portefeuilles, et n’oublions pas que la chute de ces derniers jours est partie d’une remontée des taux américains au delà des 3%. Or des taux qui remontent pénalisent avant tout le marché obligataire. Sachant que les capitaux investis sur le marché obligataire sont colossaux, représentant 10 fois les capitaux investis sur les marchés actions, je vous laisse imaginer si nous assistions à un transfert ne serait-ce que partiel des obligations vers les actions… Enfin, ce scénario de baisse me semble un peu trop téléphoné, tout le monde ne parlant que de la fin du cycle américain depuis plusieurs mois déjà, et d’un risque de baisse des marchés. De nombreux investisseurs s’y sont donc déjà semble-t-il préparés.

Toutefois, cette baisse des marchés pourraient malgré tout se trouver conforter par (ou même être à l’origine de) une dégradation prochaine de l’économie, qui viendrait rendre les niveaux actuels de valorisation finalement encore onéreux. Après tout, les marchés n’ont-ils pas le plus souvent anticipé les retournements économiques ?

Le 2ème scénario est celui qui a ma préférence, notamment d’un point de vue graphique et d’un point de vue comportemental : une bonne purge, histoire de mettre à l’envers le maximum d’investisseurs, pour mieux renvoyer le marché vers le haut dans les prochaines semaines et prochains mois. Reste malgré tout qu’il faudra bien un jour que les marchés américains corrigent, et de plus que les quelques % perdus ces derniers jours. Mais peut-être seulement quand plus personne ne s’y attendra ?

Quant au 3ème scénario, il n’est pas totalement exclu, avec la possible formation ce jour d’un bébé abandonné, ou sous quelques jours d’une île de retournement haussière. Nous avons en effet un certain nombre de supports sur les niveaux actuels, et n’oublions pas qu’il y a 1 mois à peine, nous étions au dessus des 5500 pts. Tant de choses ont-elles réellement changer depuis ? La crise italienne était déjà d’actualité, tout comme la guerre commerciale lancée par Trump. Seuls les taux américains étaient un peu plus sages, mais ils peuvent aussi très bien retomber dans les prochains jours. N’oublions pas non plus que le CAC fait du surplace depuis 18 mois, tandis que les bénéfices des sociétés continuent de croître.

Bref, pas mal d’incertitudes pour les jours à venir, mais aussi des séances qui pourraient être déterminantes pour la suite, et notamment pour cette fin d’année 2018. Aurons-nous droit à notre fameux rallye ?

Pour ce mercredi, on surveillera déjà le niveau d’ouverture. Nouveau gap à la clé ? Quoiqu’il en soit, à la hausse, point de salut tant qu’on ne reviendra pas au dessus des 5040/5060 et tant que le gap de ce matin ne sera pas invalidé. Mais il faudrait un retour au delà des 5200 pour réellement éloigner, au moins à court terme, le risque d’une poursuite du repli.

A la baisse, on notera la présence d’une oblique marron à proximité immédiate du plus bas du jour, autour des 4950/4955. Un peu en dessous, nous aurons un support LT plus important encore, autour des 4910. A noter toutefois qu’en tant que support LT oblique, ce dernier peut se montrer relativement imprécis. Il suffit en effet d’une très faible variation de la pente ou d’un point de tracé plusieurs années en arrière pour entraîner sur nos niveaux actuels un décalage relativement important. C’est donc plus cette zone au sens large (+/- 1% dirais-je à la louche) qu’il faudra surveiller, sachant qu’on pourrait presque l’étendre jusqu’au support suivant, situé au niveau des 4866/4897, et correspondant à un gap haussier datant du 1er mars 2017. A noter enfin autour des 4820 le passage de la base d’un large canal haussier en place depuis les plus bas de 2011.

Synthèse des tendances graphiques :

Tendance I (à quelques heures – jours) : Baissière (5060)*
Tendance TCT (à quelques jours – semaines) : Baissière (5250)
Tendance CT (à quelques semaines – mois) : Neutre (5040 – 5660) – sous revue
Tendance MT (à plusieurs mois) : Haussière (4860)
Tendance LT (à quelques années) : Haussière (4600)

Explications concernant ces tendances et les seuils indiqués

* changements depuis la dernière analyse

Avertissement

Fenêtre-sur-cours.com, ACGest et Michel DELOBEL, son gérant, et auteur de cette analyse graphique, n’ont pas le statut d’analyste financier. Cette analyse graphique constitue une communication purement informative à caractère promotionnel, et n’a pas été élaborée conformément aux dispositions réglementaires visant à promouvoir l’indépendance des analyses financières. Fenêtre-sur-cours.com, ACGest et Michel DELOBEL ne sont donc pas soumis à l’interdiction d’effectuer des transactions sur les instruments financiers concernés dans cette communication avant sa diffusion. Michel DELOBEL s’engage toutefois à rester le plus objectif possible et à ne pas orienter ses analyses pouvant créer un éventuel conflit d’intérêt.

Cette communication s’appuie sur des informations et des études de place considérées comme étant fiables à la date de leur diffusion, mais aucune attestation ou garantie, expresse ou tacite, n’est donnée quant à la fiabilité ou au caractère complet de ces informations, qui ne doivent pas être exploitées comme telles. La recommandation est susceptible d’évolution ou d’invalidation à tout moment sans que Fenêtre-sur-cours.com, ACGest et Michel DELOBEL puissent en informer au préalable le lecteur.

Fenêtre-sur-cours.com, ACGest et Michel DELOBEL ne garantissent donc pas ces éléments et ces communications ne peuvent engager leur responsabilité. Les placements sur instruments financiers sont susceptibles de variation à la hausse et à la baisse et présentent un risque de perte en capital. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures et elles ne sont pas constantes dans le temps. La communication ne constitue pas une incitation à investir. Elle ne fait pas autorité ni ne peut se substituer au jugement propre des investisseurs, et n’est pas censée être l’unique base d’évaluation des stratégies ou instruments financiers présentés. L’investisseur doit consulter avant tout investissement le prospectus simplifié ou tout document d’information relatif à l’instrument financier, et prendre contact avec son conseiller financier habituel.

Cette communication s’adresse à une clientèle autonome et avertie, disposant d’une bonne connaissance des marchés et outils boursiers, acceptant les aléas boursiers. Si ce n’était pas le cas, ACGest propose des formations adaptées. Le lecteur/client restera quoiqu’il en soit seul juge de l’opportunité des opérations qu’il pourra être amené à conclure et doit apprécier ses choix d’investissement en fonction de sa situation financière, de son expérience, et de ses objectifs en matière de placement ou de financement (notamment selon son degré d’acceptation du risque de perte et selon la durée d’investissement envisagée).

S'abonner aux publications du site

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.