Aurons nous droit à un rallye de fin d’année en 2013 ?

Comme chaque année, je vous propose de refaire un point sur les statistiques de ces fameux rallye de fin d’année, histoire de savoir si oui ou non, nous pouvons raisonnablement miser sur un rallye cette année. Le mois de décembre a en tout cas démarré sur le CAC par un assez net repli. C’est donc a priori mal parti. Mais qu’appelle-t-on réellement rallye ?

Avant toutefois de rentrer dans le vif du sujet, quelques petits rappels s’imposent, notamment pour ceux qui découvrent cette étude pour la première fois.

Dans cette étude, j’ai tout d’abord considéré les évolutions du marché sur l’ensemble du mois de décembre, puis sur la seule deuxième quinzaine, en regardant à chaque fois si nous avions enregistré ou non une hausse. Quant à la notion de rallye, finalement un peu secondaire (puisque ce qui vous intéresse a priori est bien de savoir si le marché monte ou baisse), je l’ai rapprochée de la notion de régularité et d’intensité dans le mouvement généré. Cette dernière reste quoiqu’il en soit très corrélée à la notion de hausse, puisqu’une seule année a vu une hausse sur décembre mais n’a pas été qualifiée de rallye. Il s’agit de l’année 2010. Tout ceci se retrouve dans mes statistiques ci-dessous.

Commençons donc par reprendre mes graphiques, auxquels j’ai ajouté l’année 2012. Il s’agit jusqu’en 2011 de graphiques en vue hebdomadaire, le mois de décembre étant encadré en fushia. A partir de 2012, j’ai décidé de rester en bougies journalières.

A noter que je n’ai mis un Oui (O) au niveau des hausses uniquement lorsque ces dernières étaient un minimum conséquentes. Ainsi, le CAC ayant gagné 0.16% en décembre 2011, je n’ai pas considéré cela comme une hausse.

Rallyes7

rallye

Rallyes

En synthèse, voici ce que cela donne :

Hausse sur le mois Hausse sur la 2ème quinzaine Rallye de fin d’année
15 années de hausse 11 (73%) 14 (93%) 11 (73%)
4 années stables (-5/+5) 1 (25%) 2 (50%) 0 (0%)
6 années de baisse 0 (0%) 2 (33%) 0 (0%)

Sachant que 2013 a toutes les chances de se terminer sur une hausse, c’est avant tout sur la première ligne que nous allons nous concentrer.

Si jusqu’à l’année dernière, les choses étaient particulièrement claires, avec 100% de hausses sur la deuxième quinzaine, et 71% de chances d’avoir un mois de décembre haussier, l’année 2012 est venue toutefois légèrement ternir ces statistiques, puisque si hausse il y a eu sur le mois, elle s’est concentrée cette fois-ci sur la première quinzaine.

A quoi s’attendre pour 2013 ? Sachant que l’année se terminera a priori en hausse, nous avons donc environ entre 2 chances sur 3 et 3 chances sur 4 de clôturer décembre en hausse, et plus de 9 chances sur 10 que la deuxième quinzaine le soit. Compte tenu de l’évolution de ces premiers jours de décembre, ce serait d’ailleurs le seul moyen de pouvoir terminer décembre sur une hausse et on pourrait être tenté de se porter dès aujourd’hui à l’achat, pour miser sur l’une de ces statistiques.

La configuration graphique actuelle m’incite toutefois à une certaine méfiance. Nous avons par ailleurs vu que les statistiques n’avaient pas été respectées l’année dernière en ce qui concerne la deuxième quinzaine. L’été ou la rentrée, habituellement baissiers ou chahutés, ne l’ont pas non plus été cette année. Peut être sommes-nous donc dans une année qui défie les statistiques.

Quoiqu’il en soit, il est important de noter que ces dernières n’ont été établies que sur un nombre finalement modéré d’occurrences, et que comme indiqué à bon escient l’année dernière, 100% ne veut pas dire garanti. Un minimum de prudence dans la gestion de vos avoirs s’impose donc. A bon entendeur…

S'abonner aux publications du site

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.